Terre tourmente

    Dans le cadre de l’exposition Terre tourmente, j’ai présenté un corpus d’œuvres associant intimement des techniques de l’estampe et du dessin.

    L’exposition Terre tourmente s’inscrit à la suite d’un séjour de recherche et de documentation réalisé au Belize, de janvier à juin 2017. Lors de ce séjour, j’ai été frappée par la fragilité visible des écosystèmes, des territoires et des populations qui les habitent. Par exemple, les niveaux d’érosion côtière de ce pays sont par endroit catastrophiques ; la plastification et l’acidification des océans a des effets de plus en plus sournois et concrets sur les milieux maritimes et insulaires. De fait, ma découverte du Belize m’a permis d’observer directement plusieurs conséquences liées aux changements climatiques, et d’entendre des témoignages de crainte face au futur.  Cela a inspiré le présent projet.

    Ainsi, en écho à la multiplicité des phénomènes observés et vécus au Belize, j’ai présenté une première phase d’un projet intitulé Terre tourmente, qui se poursuivre au cours de sprochaines années. Les œuvres qui composent l’exposition, de nature exploratoire et parfois installative, font référence aux questions écologiques et aux changements climatiques. Ici, certains aspects de l’univers scientifique sont évoqués : allusions à la géo ingénierie ; références cartographiques ; minutie, justesse et attention aux détails dans l’élaboration des oeuvres.

    LES GLACIERS

    Ce corpus, qui fait aussi parti du projet Terre tourmente, a été envisagé initialement pour vérifier certaines intuitions techniques relatives au travail de l’aquarelle. Mais rapidement, cet aspect est devenu secondaire: j’ai plutôt cherché à exprimer simultanément la volumétrie particulière des glaciers, leur luminosité, mais aussi (dans certains cas) leur fonte graduelle et leur dislocation, induites par le réchauffement climatique.